Bureau de l'ANDP

Comité de Direction : Chrystelle CARDON, Agnès FRANCIS - Trésorerie : Karen BIZIEN et Clémentine PETIT - Autres membres Bureau et Conseil d'Administration : Chantal BAUDUIN, Pierre BOUTTIER, Jean-Philippe COURTIN, Nicolas DAVID, Hélène DUMORTIER, Aude GAUTHIER, Céline GUILLAUMIE, Amandine HEL, Yohanne LAURENT, Vanessa PEYNET, Lydie POIDEVIN, Maud SCHINDELE, Nicolas ROEDIGER, Salem ZELFA

Qu'est-ce que l'ANDP ?

Association Loi 1901, l'ANDP fédère des professionnels MJPM, initialement au sein des associations tutélaires, de tout mode d'exercice depuis la réforme : statuts pluriels, profession unique. Actrice plus de 50 ans à la construction de l'exercice professionnel des mesures de protection juridiques... Lire la suite

 

5 rue Las Cases
75 007 PARIS

contactCA@andp.fr

logo jbu

 

Actualités de l'ANDP

Un point automnal : les représentations 2018 de l'ANDP

Chères Andpiennes, chers Andpiens,

L’année 2018 a été chargée en événements, dans la continuité de la précédente.

Toutes les forces vives ont été investies et mobilisées, dans différents groupes de travail nécessitant en amont réflexion et travail de préparation, en partenariat avec l’inter-fédération, et tout particulièrement avec nos collègues de la FNMJI.

 

Différents groupes de travail se sont ainsi réunis depuis ce début d'année autour de différentes thématiques à travers lesquelles l’ANDP a pu porter la parole du terrain, en particulier :

le groupe de travail DACS (Direction des Affaires Civiles et du Sceau) dont les travaux pilotés par Anne CARON DEGLISE ont permis l'élaboration d’un rapport, rendu public le 21 septembre 2018, lequel reprend plusieurs des points défendus par l ‘ANDP ;
la commission éthique et déontologie de la DGCS laquelle poursuit ses réflexions autour de la définition de valeurs professionnelles communes à partir d’une définition concertée des activités clefs du MJPM ;
une audition au Sénat en septembre 2018, dans le cadre de l'étude sur l'impact du projet de loi de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice 
et aussi une enquête IGAS ayant pour objectif d'évaluer le coût des mesures .

Et bien sûr, en toile de fond, les évolutions qui se profilent pour l’avenir de notre profession.

Dans ce contexte, il est fondamental que nous tous, professionnels, et quel que soit notre exercice, puissions encore et encore communiquer, échanger sur notre cœur de métier, nous enrichir encore de l’expérience de nos pairs, et ce quel que soit notre mode d’exercice (associatif, individuel ou préposé d’établissement), pour mieux nous représenter lors de ces commissions.

Belle rentrée à tous!