Bureau de l'ANDP

Comité de Direction : Aude GAUTHIER, Maud SCHINDELE, Agnès FRANCIS et Pierre BOUTTIER - Trésorerie : Karen BIZIEN et Nathalie VASCO - Autres membres Bureau et Conseil d'Administration : Marina LACROIX, Céline GUILHAUMIE, Jean-Philippe COURTIN, Julie SENTY, Lucie HARAMBURU, Danielle PAUTAL, Nicolas ROEDIGER, Chrystelle CARDON, Vanessa PEYNET, Yohanne LAURENT, Chantal BAUDUIN, Sophie DAGOSTO, Clémentine PETIT, François HENRY, Catherine DE LA BORDERIE

Qu'est-ce que l'ANDP ?

Association Loi 1901, l'ANDP fédère des professionnels MJPM, initialement au sein des associations tutélaires, de tout mode d'exercice depuis la réforme : statuts pluriels, profession unique. Actrice plus de 50 ans à la construction de l'exercice professionnel des mesures de protection juridiques... Lire la suite

 

5 rue Las Cases
75 007 PARIS

contactCA@andp.fr

logo integrance

--> Les guides Intégrance

logo-credit-_cooperatif

 

Actualités de l'ANDP

Rassemblement inter-professionnel en Seine Maritime

L’UDAF, L’ATMP76, La SPES, le CMBD, et L’AHAPS- Cobase ont ensemble porté auprès de la presse, des juges des Tutelles et du Directeur de la Cohésion Sociale du Département, leurs difficultés croissantes dans leurs missions toujours plus larges mais également leurs revendications communes :

 

-           Des moyens humains supplémentaires pour pallier la surcharge de travail et améliorer les conditions de travail

-           La reconnaissance du statut et du métier de mandataire : création d’une grille salariale dans chaque convention collective

-           La création et/ou la reconnaissance du statut et du métier d’assistant tutélaire : création d’une grille salariale dans chaque convention collective

-           Des missions communes à chaque association

-           Une augmentation des salaires

-           Une demande d’»un quota de mesure décent » pour un suivi de qualité par Mandataire et Assistant

Une délégation, réunissant des représentants du personnel, cadres et non cadres et les représentants syndicaux ont été reçu par Monsieur DECOMPOIS, Directeur  Départemental à DDCS de Rouen.

Nous avons pu dans un premier temps lui faire part de nos difficultés communes : la charge de travail et les conditions de travail qui en découlent, la diminution des budgets et l’insuffisance de moyens humains, de la souffrance au travail des salariés, du nombre croissant des arrêts maladie de longue durée, et du turn over conséquent dans les associations.

Nous avons pu, également, échanger sur la formation obligatoire du CNC liée à la réforme, pour être autorisés in fine à exercer des fonctions que nous exercions déjà, sans aucune valorisation ni reconnaissance. D’insister sur des glissements de poste transformant les secrétaires d’hier en assistantes tutélaires sans aucune valorisation de leur salaire, mais avec des missions de plus en plus conséquentes.

Nous avons exprimé d’autre part, nos difficultés à exercer une activité de protection en étant nous-même insécurisés dans nos parcours et nos statuts.

Nous avons abordé avec lui, les délocalisations liées aux exigences budgétaires plaçant les majeurs bien loin de leur mandataire et les salariés dans des situations personnelles et financières catastrophiques, de l’accroissement du nombre de mesures par mandataire et assistant.

Nous avons souligné l’exigence paradoxale qui nous est fixée d’un accompagnement social et juridique de qualité quand le taux de charge est en moyenne de 58 mesures en milieu ouvert et de 120 en établissement. Une ambivalence criante dans notre quotidien entre les biens maigres financements d’un côté et les exigences des juges des tutelles, liés à nos différents mandats,  de l’autre.

Même si Monsieur DECOMPOIS a exprimé que nos revendications lui paraissaient légitimes et qu’il nous a affirmé bien vouloir être un porte-parole auprès du Ministère en charge du portefeuille et de faire remonter nos diligences et nos besoins criants, nous estimons que cela reste très insuffisant au regard de nos difficultés quotidiennes.

C’est pourquoi, il a été décidé de porter nos revendications sur un plan national.

Il nous paraît urgent de poursuivre ce mouvement et de l’étendre à toutes les Associations tutélaires de Normandie et de France.

Les Associations, qui au-delà des dysfonctionnements internes, rencontrent les mêmes aberrations et demandent la mise en place d’une réelle politique publique leur accordant une véritable reconnaissance de leurs fonctions et réclament de vrais moyens pour mettre en œuvre une protection juridique et sociale de qualité doivent s’unir pour se faire entendre.

 Il nous paraît impératif de dépasser les frontières de nos schémas régionaux respectifs et de montrer que les Mandataires et les assistants tutélaires bien loin de l’image que les médias laissent donner d’eux sont avant tout des professionnels assermentés et exigeants porteurs de pratiques professionnelles et d’une éthique commune. 

Des rencontres vont être fixées dans les prochains mois et nous vous encourageons vivement à  vous mobiliser et à vous faire connaitre auprès de : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les élus de L’UDAF, L’ATMP76, La SPES, le CMBD, et L’AHAPS- Cobase.